Aguycalledbloke.blog

Guidelines for writing Poems, Stories and Tales

Quelle est la différence entre le point de vue de l’orateur sur le mur et celui de son voisin ?



L’orateur considère le mur comme un moyen de « réparer » l’amitié entre lui et son voisin, mais ce dernier le voit comme quelque chose qui devrait être utilisé pour les séparer.

Quelle est la différence entre le point de vue de l’orateur sur le mur et celui de son voisin dans Réparer le mur ?

Que révèlent les lignes 27-32 sur la différence entre le point de vue du locuteur sur le mur et celui de son voisin ? Le voisin croit que le mur est nécessaire, alors que le locuteur le remet en question. Le voisin veut que le mur soit plus haut, et le locuteur veut qu’il soit plus bas.

Que croit l’orateur à propos des murs et des voisins ?

Il ne croit pas aux murs pour le plaisir des murs. Le voisin a recours à un vieil adage : « Les bonnes clôtures font les bons voisins ». L’orateur n’est pas convaincu et, avec malice, il pousse le voisin à voir au-delà de la folie démodée d’un tel raisonnement. Le voisin ne se laisse pas influencer.

Quels sont les sentiments du locuteur du Mur de réparation à l’égard de son voisin dans le poème ?





Il espère implanter dans la tête de son voisin têtu une notion qui lui permettrait de remettre en question la nécessité d’un mur. Comme un adolescent, notre interlocuteur conteste la nécessité de quelque chose qui fait partie intégrante de sa vie. Il se montre également un peu condescendant envers son voisin, le traitant de « sauvage ».

Que pense le Président du mur du mur ?

Dans le poème, le locuteur est mécontent des lacunes, car une fois celles-ci découvertes, lui et son voisin doivent à nouveau travailler ensemble pour ériger le mur qui sépare leurs propriétés.

Quels types de murs différents le poème Mending Wall évoque-t-il ? Quelle raison le voisin donne-t-il pour garder le mur entre eux ?

Réponse : Le mur dans le poème « Réparer le mur » symbolise les restrictions entre voisins. Même si vous aimez tendrement votre voisin, il est nécessaire de garder certaines limites. Sinon, votre amour se transformera en haine.

Comment la répétition par l’orateur de la croyance chère aux voisins sur l’importance des murs ?

Comment la répétition par le locuteur de la croyance chère au voisin sur l’importance des murs (lignes 27 et 45) traduit-elle la critique du poème à l’égard d’un modèle social indésirable ? Le locuteur traite les propos du voisin sur les clôtures comme la preuve d’une vision du monde fermée en général.



Quelle est la principale différence entre le brouillard de Sandburg et le mur de réparation de Frost ?



Quelle est la principale différence entre « Fog » de Sandburg et « Mending Wall » de Frost ? « Fog utilise le langage courant, ce qui n’est pas le cas de Mending Wall. « Fog » utilise la métaphore, ce qui n’est pas le cas de « Mending Wall ».

Que pense le locuteur du poème de la croyance de ses voisins selon laquelle les bonnes clôtures font les bons voisins ?

Il ne croit pas aux murs pour le plaisir des murs. Le voisin a recours à un vieil adage : « Les bonnes clôtures font les bons voisins ». L’orateur n’est pas convaincu et, malicieusement, il presse le voisin de voir au-delà de la folie démodée d’un tel raisonnement. Le voisin ne se laisse pas influencer.

Quelle est l’attitude du locuteur du poème à l’égard du mur de réparation et quelle est, selon vous, l’attitude du voisin à son égard ?

Le locuteur du poème semble avoir une attitude insouciante à l’égard de la construction d’un mur entre voisins, surtout lorsqu’il n’y a aucune raison pour cela. Il semble avoir un esprit radical, contrairement à l' »obscurité » de son voisin, c’est-à-dire son penchant pour les vieux préjugés inutiles.

Comment compareriez-vous l’attitude du narrateur et de son voisin dans le poème ?

Son voisin estime que le fait de conserver la clôture fait d’eux de meilleurs voisins et souhaite maintenir le mur. Lorsque le narrateur tente de discuter du problème du mur avec son voisin, il n’arrive à rien. Et mange les cônes sous ses pins, lui dis-je. Il se contente de répondre : « Les bonnes clôtures font les bons voisins.

Pourquoi la réparation du mur par l’orateur et son voisin semble-t-elle être un jeu de plein air ?

Question 3 : Pourquoi la réparation du mur, par l’orateur et son voisin, apparaît-elle comme un « jeu de plein air » ? Réponse : C’est devenu un jeu de plein air parce que les blocs tombent sans cesse et que les voisins continuent à reconstruire le mur en les équilibrant.

Pourquoi l’orateur pense-t-il que quelque chose n’aime pas un mur ?

Le locuteur du poème le dit parce qu’il a fait l’expérience de la présence de « quelque chose » qui fait que le sol froid sous le mur se gonfle et éclate. Le sol éclate de telle sorte que les rochers sortent automatiquement de l’intérieur vers l’extérieur. Ce « quelque chose » est la force invisible de la nature.

Quelles lignes de Mending Wall indiquent que le voisin ?

Quelles lignes de « Réparer le mur » indiquent que le voisin est prêt à participer à la réparation du mur ? Et mettre le mur entre nous une fois de plus. Nous gardons le mur entre nous au fur et à mesure que nous avançons.



Pourquoi la voisine dit-elle que les bonnes clôtures font les bons voisins dans Mending Wall ?

La pièce « Mending Wall » de Robert Frost traite des barrières que les gens érigent entre eux et les autres. « Les bonnes clôtures font les bons voisins » signifie que les gens s’entendront mieux s’ils établissent des frontières.

Qu’est-ce que le locuteur pense le plus probablement du mur ?

Il dit seulement : « Les bonnes clôtures font les bons voisins. » D’après l’extrait, que pense très probablement le locuteur du mur ? Le mur n’est pas nécessaire.

Pensez-vous que l’attitude du locuteur à l’égard du mur évolue tout au long du poème ou qu’il remet en question sa nécessité dès le début ?

Q. Pensez-vous que l’attitude de l’auteur à l’égard du mur change tout au long du poème, ou qu’il remet en question sa nécessité dès le début ? Oui, l’auteur est initialement confus quant à la nécessité du mur, mais il en vient à voir son importance à la fin du poème.

Qu’est-ce que l’orateur pense le plus probablement du mur ?

Il dit seulement : « Les bonnes clôtures font les bons voisins. » D’après l’extrait, que pense très probablement le locuteur du mur ? Le mur n’est pas nécessaire.

Que pense le narrateur des trous dans le mur ?

Termes dans cet ensemble (3)
Le narrateur est sceptique à l’égard de cette tradition, ne pouvant comprendre la nécessité d’un mur alors qu’il n’y a pas de bétail à contenir, seulement des pommes et des pins. Il ne croit pas qu’un mur doive exister simplement pour le plaisir d’exister.



Pourquoi l’orateur estime-t-il que le Voisin vit dans l’obscurité ?

Alors que l’orateur se débat entre le fait d’être un bâtisseur de murs et un briseur de murs, le voisin « avance dans les ténèbres » parce qu’il ne peut pas se soustraire à cette ancienne pratique. Il ne veut pas aller derrière le dicton de son père, Et il aime l’avoir si bien pensé Qu’il répète : « Les bonnes clôtures font les bons voisins. »

L’orateur de Mending Wall pense-t-il que les clôtures font de bons voisins ?

Il ne croit pas aux murs pour le plaisir des murs. Le voisin a recours à un vieil adage : « Les bonnes clôtures font les bons voisins ». L’orateur n’est pas convaincu et, malicieusement, il presse le voisin de voir au-delà de la folie démodée d’un tel raisonnement. Le voisin ne se laisse pas influencer.

Comment compareriez-vous l’attitude du narrateur et de son voisin dans le poème ?

Son voisin estime que le maintien de la clôture fait d’eux de meilleurs voisins et souhaite conserver le mur. Lorsque le narrateur tente de discuter du problème du mur avec son voisin, il n’arrive à rien. Et mange les cônes sous ses pins, lui dis-je. Il se contente de répondre : « Les bonnes clôtures font les bons voisins.

Le mur de réparation présente-t-il deux points de vue opposés ?

« Mending Wall » est un poème qui présente deux attitudes opposées quant au maintien des barrières entre les gens. Chaque voisin a une opinion différente. Un voisin veut une ligne visible pour séparer leurs limites de propriété et l’autre n’en voit pas la raison.

Pourquoi pensez-vous que le poète considère la réparation du mur comme un autre type de jeu de plein air ?

Réponse : Le poète dit que la tâche de réparer un mur est la même que celle d’un jeu en plein air dans lequel il n’y a que deux joueurs, un de chaque côté. En utilisant cette comparaison, il fait ressortir l’idée qu’il n’est pas nécessaire de construire un mur entre les deux fermes.



Pourquoi la réparation d’un mur par l’orateur et son voisin semble-t-elle être un jeu de plein air ?

Question 3 : Pourquoi la réparation du mur, par l’orateur et son voisin, apparaît-elle comme un « jeu de plein air » ? Réponse : C’est devenu un jeu de plein air parce que les blocs tombent sans cesse et que les voisins continuent à reconstruire le mur en les équilibrant.

Pourquoi la voisine dit-elle que les bonnes clôtures font les bons voisins dans Mending Wall ?

La pièce « Mending Wall » de Robert Frost traite des barrières que les gens érigent entre eux et les autres. « Les bonnes clôtures font les bons voisins » signifie que les gens s’entendront mieux s’ils établissent des frontières.

Comment l’attitude conflictuelle du locuteur à l’égard du mur évolue-t-elle au cours du poème ?

Comment l’attitude conflictuelle du locuteur envers le mur évolue-t-elle au cours du poème ? Le locuteur entreprend de réparer le mur avec son voisin, mais conclut ensuite que l’existence du mur n’est peut-être pas nécessaire.

Pensez-vous que l’attitude du locuteur à l’égard du mur évolue tout au long du poème ou qu’il remet en question sa nécessité dès le début ?

Q. Pensez-vous que l’attitude de l’auteur à l’égard du mur change tout au long du poème, ou qu’il remet en question sa nécessité dès le début ? Oui, l’auteur est initialement confus quant à la nécessité du mur, mais il en vient à voir son importance à la fin du poème.



Que sépare en fait le mur entre les deux fermes ?

Que sépare en fait le mur entre les deux fermes ? Les pommiers des pins.

Que représente le mur dans le poème Mending Wall ?

Le mur est une représentation des obstacles à l’amitié et à la communication. Le mur provoque une aliénation et une séparation entre les deux. La société comporte de nombreuses barrières qui empêchent la communication normale entre les individus. Il s’agit notamment du sexe, de la religion, de la race et des préférences politiques.

Que représente le mur ?

Le mur offre une protection symbolique, garantissant notre bien-être physique, social et économique. Pour d’autres, le mur symbolique active des émotions opposées.